• miss minimum

Renégocier toute! Partie 1



Face à l’adversité, il faut réagir. Pour réagir, il faut sortir sa petite tête d’autruche du bac à sable et regarder la réalité. Ta carte de crédit est « loadée » et celle que tu te souviens pu que t’avais aussi? Tu as une bouffée de chaleur, à la caisse, quand tu attends que le terminal Interac inscrive « approuvé » sur ta transaction? C’est le temps de passer à l’action. Facile, il n’y a que deux solutions : augmenter ses revenus et/ou diminuer ses dépenses. Comme il est peu probable qu’une augmentation de salaire tombe du ciel dans les prochaines secondes, il ne reste qu’à travailler, dès maintenant, sur la diminution des dépenses. Pour ce faire on aura besoin de la liste de nos déboursés et d’un téléphone. C’est un exercice que je fais moi-même régulièrement, habitude provenant de toutes mes années passées à rationaliser les couts dans des organismes à but non lucratif.


Passons en revue les options de négociation qui s’offrent à nous, dans chacun des postes de dépense.


Avis : je ne suis pas conseillère financière, il s’agit de trucs appris dans mon travail de gestion d’OBNL. Rien ne remplace un bon conseiller financier même pour les plus aguerris d’entre nous.


Hypothèque ou loyer


Avouons-le d’emblée, l’éventail des manœuvres possibles en matière de négociation est plus large pour les propriétaires que pour les locataires. Commençons donc par l’hypothèque. La première chose à faire est d’appeler la personne responsable de son hypothèque. Parfois, un simple coup de fil permettra une réduction de ses charges. Évidemment, ici, on parle uniquement de gagner du temps. Le banquier ne vous retranchera pas 5000$ de votre hypothèque pour vos beaux yeux. Cependant, en cas de crise financière ponctuelle, la caisse peut vous proposer d’étaler vos paiements sur une plus longue durée. Cette manipulation vous permettra d’avoir plus de liquidités. Toutes les dettes sont importantes, mais en cas de débâcle financière mieux vaut s’attaquer au plus pressant.


L’hypothèque jouit habituellement, entouca en ce moment, d’un taux d’intérêt bien plus bas que les cartes de crédit. Mieux vaut donc étaler les paiements de son hypothèque pour obtenir les liquidités afin d’éradiquer des dettes plus pressantes. Si l’échéance de votre prêt s’en vient, téléphoner à un courtier en hypothèque qui se chargera de magasiner les meilleurs taux pour vous. Même si vous êtes attachées émotivement à votre caisse ou banque, ce travail vous permettra d’avoir des comparables pour négocier. En cas de gros pépin financier conjoncturel, votre institution pourra même suspendre un paiement sur capital. Même chose si, exténué de payer pour votre palace, vous avez mis votre maison à vendre et avez une offre d’achat acceptée en main. Si les futurs propriétaires désirent prendre possession dans quelques mois, vous pouvez négocier à votre institution financière de ne payer que les intérêts du prêt en attendant le déménagement.


Pour les plus sociables, pourquoi ne pas mettre une chambre d’ami en location courte durée sur Airbnb? La plupart du temps, les gens arrivent tard et repartent tôt ou sinon ils sont partis toute la journée faire du tourisme. Une simple chambre d’ami peut vous rapporter des centaines de dollars par mois. De quoi payer en tout ou en partie vos charges de logement.


Pour ce qui est du loyer, la seule solution est d’appeler votre propriétaire. Certains acceptent de baisser le loyer en échange de maintenance (gazon, déneigement, poubelle). En exposant sa problématique et en expliquant que l’on travaille pour s’en sortir, plusieurs arrangements peuvent être proposés. Dans tous les cas, un propriétaire sera plus compréhensif si nous prenons la peine de l’appeler que si on ne le paye pas en espérant qu’il ne s’en rende pas compte #vivredansunmondedepoulichesetdelicornes.


Assurances


Ahhhh le merveilleux monde de l’assurance. Il peut s’agir d’un véritable labyrinthe. Encore une fois ici, le courtier est votre ami. Pour « s’assurer » de ne pas être trop assuré, il faut commencer par avoir le portrait global. Je suis tombée récemment sur le livre « Histoires de fric » de Isabelle Ducas, dont je vous parlerai bientôt. Elle fait un portrait hautement pratique de ce qui est nécessaire ou non en matière d’assurance pour le cas particulier de Jonathan, 30 ans, célibataire sans enfant, travailleur autonome. Par exemple, un incontournable pour lui est l’assurance invalidité. Je cite « S’il est cloué à un fauteuil roulant depuis un accident de ski. Il est incapable de travailler. C’est un désastre pour sa situation financière. Le plus grand risque pour un travailleur de 30 ans, c’est de perdre son revenu. » Un planificateur financier pourra vous aider à y voir plus clair. Vous pourriez économiser des centaines de dollars en éliminant les doublons.


Internet

Pratiquement tout le monde peut économiser quelques dollars en appelant son fournisseur internet. Faites jouer la concurrence, il y a fort à parier que vous allègerez votre budget de quelques deniers. Il y a maintenant outre les compagnies les plus connues, une foule de plus petits joueurs. Si vous n’arrivez à rien avec votre compagnie, changer, la plupart des compagnies vous proposeront de rembourser les pénalités encourues pour rupture de contrat. Le magazine Protégez-vous a mis en place une plateforme de comparaison entre les différents fournisseurs internet des plus efficaces.


Comme dans la vie la liste des dépenses est très longue, cette thématique est divisée en plusieurs billets. Je traiterai la prochaine fois de ce qui peut être fait concernant l’épicerie, les loisirs et les dettes d’étude. N’hésitez pas à partager vos trucs en commentaire.

23 vues

©2019 par Les Minimums. Créé avec Wix.com