• miss minimum

Les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez

Chronique livre! J’ai lu en deux jours le livre de Nicolas Bérubé : Les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez. Nicolas, journaliste à La Presse depuis 17 ans a vécu sept ans en Californie en tant que premier correspondant du quotidien dans l’Ouest américain, paradis du luxe et de la dépense ostentatoires.


La citation de Charles Bukowski en avant-propos du livre me fit bien rire : L’argent est comme le sexe. Cela semble beaucoup plus important quand vous n’en avez pas. Haaaa ce cher Bukowski, il est impayable, mais surtout, cette citation donne le ton à ce livre qui ne se prend pas la tête.


Cet ouvrage de Bérubé traite du millionnaire ordinaire, celui qui se cache dans notre voisinage, celui dont on ignore la fortune. Il démontre par exemple que « 7 Canadiens sur 10 ayant des actifs financiers d’un million de dollars ou plus ont des revenus familiaux de moins de 300 000$. » Certains y arrivent même avec des revenus de 30 000$. Mais comment diable font-ils? Ce doit certainement être des as de la finance qui passe leur temps à éplucher les indices boursier et qui transige à l’ombre de leur sous-sol de bungalow. Eh bien non, la vérité est bien moins glamour que ça. C’est tout simplement des gens qui, chaque mois, dépensent moins qu’ils ne gagnent et placent le reste, parfois dans des véhicules financiers aussi paresseux que des obligations d’épargne. La deuxième caractéristique du millionnaire ordinaire, et c’est la plus importante, c’est un être patient. Ils placent leur argent et l’oublient pour 30 ou 40 ans.


Tout simplement. Jamais ne rien faire n’aura été aussi payant. De plus, ce qui est intéressant ici, c’est que l'inaction va de pair avec le "rien savoir". « C’est l’un des rares domaines où nous savons avec certitude que les gens qui y consacrent le moins d’effort, qui prennent le moins de décisions et qui réduisent leurs activités aux minimums finissent par générer des résultats parmi les meilleurs." L’un des exemples les plus savoureux du livre et aussi l’une des études préférées de l’auteur est une étude menée par le groupe Fidelity, la quatrième plus grande firme de gestion d’actifs au monde. Fidelity voulait savoir quels étaient leurs clients qui avaient la meilleure croissance de leurs portefeuilles. « Les analystes ont réalisé que les clients qui avaient les meilleurs rendements étaient ceux qui avaient oublié qu’ils possédaient un compte chez Fidelity ».


N’est-ce pas merveilleux, la clé de la richesse est de faire et de savoir le moins possible. Tout ça grâce aux intérêts composés. L’auteur relate le cas de cet homme qui a placé toute sa vie au moins 10% de son salaire (qui a oscillé entre 30 et 100 000$ dans sa carrière) dans un fonds de placement tout ce qu’il y a de plus ordinaire. À 30 ans, ses placements valait 100 000$, à 40 ans, 600 000$ et à 47 ans, il avait plus de 2,4 millions d’actifs en banque. Voilà la magie des intérêts composés.


Je vous conseille chaudement ce livre qui ne réinvente pas la roue certes, mais consigne dans un même ouvrage tout ce que nous devons savoir pour nous enrichir simplement. Pas pour se rouler dans notre argent comme Picsou, mais plutôt pour pouvoir prendre une retraite précoce et goûter la véritable liberté




Les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez, Nicolas Bérubé, édition La Presse

0 vue

©2019 par Les Minimums. Créé avec Wix.com